QR Code

Taïwan adoptera la nouvelle convention pour la gestion des eaux de ballast en même temps que les autres pays

2017-03-15
  • Navire de croisière

    Navire de croisière

    Taïwan adoptera la convention pour la gestion des eaux de ballast en même temps que les autres pays.

Afin de protéger l’environnement maritime, l’organisation maritime internationale (OMI) a rédigé une nouvelle convention pour la gestion des eaux de ballast qui, le 8 septembre dernier, avait été signée par 30 pays. Depuis 2017, c’est désormais 54 pays qui ont ratifié la convention, dont le Panama, le Liberia et d’autres grandes nations maritimes, permettant à la convention de s’appliquer à 53% des tonnages des vaisseaux du monde entier. Bien que Taïwan ne soit pas membre officiel de l’OMI, le ministère des transports a annoncé aujourd’hui que l’île mettrait en oeuvre les recommandations de la convention en même temps que les autres pays et que les contrevenants seront punis d’une amende maximale de 1,5 million de NTD.

 

Le vice-directeur du département de la navigation Ye Hsie-Lung [葉協隆] a apporté ses précisions : « Après l’entrée en vigueur de la convention le 8 septembre de cette année, tous les navires qui entreront dans les ports taiwanais auront pour interdiction d’échanger ou de déverser des eaux de ballast non traitées dans nos eaux territoriales, c’est à dire à moins de 12 milles marins. De plus, après être entré dans le port, il faudra obligatoirement présenter ses données liées aux échanges et aux déversements des eaux de ballast. Par la suite, l’OMI veillera à contraindre l’ensemble des navires internationaux à installer des équipements de traitement des eaux de ballast. Pour ce qui est de l’éventuelle violation de ces contraintes, nous nous servirons de la loi sur les ports commerciaux, la loi de prévention contre la pollution maritime ainsi que de la loi sur les navires pour punir les contrevenants. »