QR Code

De retour de l’APEC, James Soong présente un bilan positif

2017-11-13
  • James Soong

    James Soong

    James Soong

Aujourd’hui, de retour du sommet de l’APEC au Viet Nam, le représentant de Taiwan à ce sommet a fait son rapport à la présidente Tsai Ing-wen (蔡英文). Après leur rencontre, une conférence de presse a été organisée au palais présidentiel au cours de laquelle James Soong a présenté son bilan et celui de sa délégation. Soong a déclaré que l'affiliation politique des membres de la délégation n’avait pas influé sur leurs efforts pour faire entendre au monde la voix de Taiwan et faire comprendre aux participants les difficultés auxquelles devait faire face Taiwan dans un climat politique défavorable.

Soong a déclaré que la présidente Tsai lui avait confié une mission avant son départ, qui était de montrer au monde ce que la République de Chine est capable de faire pour la communauté internationale. Voici sa déclaration : « Cette fois-ci nous avons employé des méthodes différentes, dans des contextes différents et face à des dirigeants et représentants de différents pays pour leur faire comprendre que nous ne faisons pas la distinction entre le nord, le sud, l’est et l’ouest et que tout ce que nous voulons c’est apporter notre contribution. Tant que nous sommes capables de contribuer, nous voulons le leur faire savoir. Nous sommes disposés à partager notre expérience et nos ressources limitées avec les autres pays, puisque c’est mutuellement bénéfique. » 

Soong a indiqué qu'il avait échangé naturellement avec le président chinois Xi Jinping et que la délégation n'avait pas été soumise à des pressions de la part de la Chine. Il a enfin ajouté qu’il avait pour la première fois pu rencontrer le président américain Donald Trump et avait échangé avec lui sans problème de langue, Soong ayant étudié aux Etats-Unis. Il a également pu échanger avec le Secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson et le chef du personnel de la Maison Blanche. Il n’a toutefois pas cru bon de dévoiler la nature de ces échanges, de peur que ces révélations n’entraînent des complications au niveau international.